Un Classique des Romans Britanniques Les Hauts de Hurlevent – Emily Brontë

kube-box-litteraire-thecityandbeauty.wordpress.com-bloglifestyle-

Plusieurs mois se sont écoulés depuis ma réception de la Kube Box, la box lecture personnalisée sur-mesure. J’avais choisi le livre d’Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent.

Je me suis toujours cantonnée à un style de lecture bien défini et même si en dehors parfois et obligée, je lisais des oeuvres plus classiques, n’empêche que j’ai toujours lu des livres qui me plaisaient mais surtout des classiques plus locaux et souvent d’un même auteur. Cela faisait un petit moment que je voulais lire le roman d’Emily Brontë, l’unique, un classique de la littérature anglaise et mondiale.

Les Hauts de Hurle-Vent – Emily Brontë

Tout commence dans  la campagne anglaise du XIXème siècle… Mr Lockwood, nouveau locataire de Thruschcross Grange demande des explications à Nelly, sa domestique, au sujet de son propriétaire Mr Heatcliff, un homme taciturne aux manières rustres  Il lui raconte sa visite surprise chez son propriétaire accompagné d’un entourage tout aussi morose. Il règne une atmosphère si étrange dans cette demeure… Il se retrouve piéger en étant obligé de rester chez son hôte et dormir sur place à cause de la tempête de neige. Ce qui est très loin de plaire à son propriétaire mais qui néanmoins n’a pas vraiment le choix et finit par céder de mauvaise grâce.

Nelly Dean, la femme de chambre lui raconte alors l’histoire de cette maison et de ces précédents propriétaires, les Earnshaw, l’adoption de Heatcliff, les amours et les déboires malheureux de Catherine mais aussi l’aversion et la jalousie(maladive) de Hindley pour ce jeune orphelin.

Heatcliff, est recueilli par Mr Earnshaw lors d’un voyage, qui s’est pris d’affection pour cet enfant abandonné et se retrouve malgré lui pris en grippe par Hindley, l’aîné et frère de Catherine pour qui il s’est pris près d’affection. Celle-ci n’est pas insensible au charme du jeune bohémien; et même si elle sait pertinemment qu’un fossé les sépare : ils ne sont pas issus de la même classe sociale, lui est un jeune valet de ferme, elle une femme avec un rang dans la société bien plus élevé.

L’amour qui lie Heathcliff et Catherine est le ciment de ce roman d’une extrême noirceur, un amour irrationnel, démesuré qui ne peut les mener nulle part même si ces deux là vivent quelque chose de très fusionnel mais aussi de très destructeur.

Nelly nous décrit un homme, Heatcliff, torturé, hanté pendant plusieurs années par une haine démesurée et avide de soif de vengeance. Avec des personnages tout aussi rocambolesques qui, étrangement, sont tous plus ou moins malades au moment fatidique…

Ce qui m’a un peu dérouté dans ce roman, c’est qu’il y ait plusieurs narrateurs et différents personnages qu’on s’y perd un peu: j’ai eu du mal au début à m’y retrouver et pour certains, il n’apporte rien à l’histoire…

Je n’ai pas été vraiment emballée par cette première oeuvre de l’auteure, je me suis même ennuyée. Je m’attendais à tout autre chose; à l’époque, il est possible que cela ait fait mouche, mais plus à la nôtre !

Connaissez-vous ce classique de la littérature anglaise ? Qu’en avez-vous pensé ?

17 réflexions sur “Un Classique des Romans Britanniques Les Hauts de Hurlevent – Emily Brontë

  1. Hello ! Petite, j’étais fascinée par cette histoire (j’en avais entendu parler via un autre roman, pour enfants par contre). Je l’ai dévoré quand j’avais 14/15 ans et c’est vrai qu’il est difficile à lui et à suivre. Je trouve tout de même que c’est un classique et ça me donne envie de le relire 🙂

    J'aime

  2. Marinelle

    Je suis comme toi, j’ai du mal à sortir de ma zone de confort en matière de lecture et je me dirige souvent vers les mêmes auteurs. Ceci dit, c’est bien de se forcer pour de belles découvertes. Ce n’est pas ton cas cette fois-ci mais, qui sait la prochaine ? 😀

    J'aime

  3. Isandre

    Oui moi j’ai beaucoup aimé mais c’est très noir et désespéré, c’est vrai et la construction est déroutante aussi, je suis d’accord. Dans la littérature anglaise du XIXème siècle je te conseille Jane Austen qui est beaucoup moins sombre. Mais des soeurs Brontë j’aime beaucoup Jane Eyre de Charlotte et tu as aussi Anne qui a écrit des choses plus légères mais beaucoup moins inoubliables que ses soeurs. Les Hauts de Hurlevent ça reste au summum des amants maudits.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s